Communiqué: La diaspora gabonaise dit « OUI » à un « Dialogue Inclusif Souverain »

Paris le, 07 décembre 2016

COMMUNIQUE
******************

Chers compatriotes,
Cher peuple Gabonais,

Au su du caractère indu en droit, de l’intégralité du premier Septennat de M. Ali Bongo Ondimba du fait de son inéligibilité devant la Loi, et donc, de l’illégalité de son régime à organiser des élections libres, transparentes et démocratiques au Gabon.

Les partisans du triptyque D-T-E, dont la CAPPO et d’autres groupes, avaient interpellé la classe politique de l’opposition et la communauté internationale sur les risques que faisaient peser à l’endroit du peuple gabonais, la décision du moins incongrue, de participer sans conditions à l’élection présidentielle du 27 Août dernier.

En lieu et place de la participation à cette élection dont nul n’ignorait l’issue, les partisans du triptyque DTE ont appelé le peuple et toute la classe politique à se mobiliser en vue d’organiser la destitution du président parjure qui s’était installé frauduleusement à la tête de notre pays.

Ces appels à l’union sacrée pour la destitution d’Ali Bongo se sont heurtés à une opacité d’une franche de l’opposition entraînant ainsi, le peuple Gabonais dans un « bourbier » des élections organisées par un régime militarisé prêt à tout pour conserver le pouvoir. Le résultat de cette vision électoraliste est sans appel ; le peuple sans arme a été réprimé dans le sang par une milice armée au service d’un régime acculé.

Chers compatriotes,

Il arrive des moments, dans la vie d’une Nation, d’un peuple ou d’une société, où l’histoire et le devoir interpellent. Les événements post électoraux de 2016 et des années antérieures ont montré l’incapacité des Institutions de la République à lire et à rendre le droit au nom du peuple souverain. Le Gabon, notre pays est aujourd’hui plongé dans une crise institutionnelle, politique, sociale et culturelle sans précèdent.

En effet, à la CAPPO, le Mouvement des Femmes Commandos et à la Coalition DTE nous pensons que pour sortir de cette crise il faut engager des réformes profondes qui aboutiraient à un changement du système politique en place. Il y a donc, aujourd’hui, chers compatriotes, un devoir absolu de réformes au Gabon.

Face à cette situation, il est plus que jamais urgent d’engager immédiatement la Nation sur la voie du dialogue souverain, et surtout, de la « Réforme des institutions de la République ».

Comme nous l’avions suggéré avant les élections et conformément aux conclusions des travaux menés en étroite collaboration entre la classe politique Gabonaise, l’OIF et les Nations Unies. Et surtout dans le souci de préserver la paix et la cohésion sociale afin de garantir à notre Nation des lendemains meilleurs par une modernisation concertée des modes de fonctionnement et de gestion de notre pays.

Nous, gabonais politiquement engagés de la diaspora, réunis en session extraordinaire les 19 et 26 novembre 2016 à Paris, au sein de la CAPPO, le Mouvement des Femmes Commandos et la Coalition D-T-E, engageons dès ce jour, des démarches qui aboutiraient, sous réserve de l’acceptation d’un certain nombre de préalables, au dialogue national inclusif et souverain.

La CAPPO, le Mouvement des Femmes Commandos et la Coalitions D-T-E exhortent la classe politique, la société civile et la diaspora à faire preuve de « lucidité et de courage », afin d’établir formellement la légalité et la souveraineté au profit de la démocratie, l’ensemble des réformes constitutionnelles, institutionnelles et structurelles qui en résulteraient.
Fait à Paris le 07/12/2016

CAPPO – Coalition D-T-E – Mouvement des Femmes Commandos

Communiqué

3 réflexions au sujet de « Communiqué: La diaspora gabonaise dit « OUI » à un « Dialogue Inclusif Souverain » »

  1. Bjr je ne comprends pas du tout ce que cela veut dire. De quel dialogue inclusif parlez vous, avec ali?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *